Interview #Greentober – Margaux Saly, Associate Producer du studio Passtech Games

Par Théo Vignon

A l’occasion du #GREENTOBER, notre mois thématique dédié à la sensibilisation de la filière du jeu vidéo à la problématique de l’impact carbone, nous avons eu le plaisir de poser nos questions à Margaux Saly, Associate Producer du studio lyonnais Passtech games afin d’en savoir plus sur les enjeux environnementaux des studios de jeux vidéo.

Peux-tu présenter ton studio et ce que vous faites ?

Margaux Saly : Passtech Games est un studio de développement de jeux vidéo depuis 2012, on a sorti 4 jeux qui sont Space Run, Space Run Galaxy, Masters of Anima et Curse of the Dead Gods

Notre studio a été récemment racheté par Nacon, nous travaillons avec eux sur notre cinquième jeu.

Chez Passtech, nous faisons des jeux plutôt PC/console, action top down, c’est notre spécialité. Nous sommes actuellement 14 personnes au sein du studio.

Nous avons emménagé dernièrement dans des nouveaux locaux à Gratte Ciel à Villeurbanne et nous allons devoir recruter pour la production de notre prochain jeu.

Es-tu consciente de l’impact carbone de notre industrie du jeu vidéo ?

Margaux Saly : Nous n’avons pas d’outils de mesure dédiés et j’aimerais justement savoir comment mesurer notre impact. On imagine assez facilement qu’en sortant nos jeux sur les plateformes comme Steam, Xbox Game Pass, sur consoles et PCs, cela a un impact carbone même à notre échelle. 

Nous essayons déjà de réduire cet impact, par exemple nous ne faisons pas de sorties de jeux physiques pour privilégier le dématérialisé.

Dans l’impact d’un studio, il y a aussi tout le matériel utilisé au sein de l’entreprise : les écrans, les tablettes graphiques ou encore les serveurs qui restent allumés en permanence pour être accessibles à distance.

Donc je pense qu’on en a conscience mais que tant que l’on arrivera pas à le mesurer, on ne saura pas comment s’améliorer. Nous avons envie de continuer à produire les jeux qu’on a envie de faire, online ou pas, avec les outils dont on a besoin pour travailler. 

Alors comment faire pour réduire notre impact ?

Peut-être en achetant des PCs d’occasion plutôt que des PC neufs, pareil pour les écrans ou encore en recyclant ?

Justement, as-tu mis en place au sein de ton studio, des démarches écologiques et/ou des bonnes pratiques responsables ?

Margaux Saly : Pour continuer sur le recyclage, je pense que c’est la première action, la plus simple à mettre en oeuvre. Nous avons un système de recyclage qui fonctionne plutôt bien à Lyon, autant en profiter. Cependant, nous ne sommes pas sûr que ce soit respecté à 100% par nos équipes, il y a encore de la sensibilisation à faire l